anotherway

ANOTHERWAY

Interview de Samuel OLICHON - Fondateur

Samuel Olichon
Samuel Olichon

Présentation de ANOTHERWAY ?

Passionné par l’univers écologique, je propose une alternative naturelle et écologique au traditionnel film alimentaire plastique (le cellophane). J’ai imaginé en 2018 le Bee Wrap par Anotherway comme une solution naturelle et respectueuse de l’environnement pour couvrir les récipients et mieux conserver les aliments. Il s’agit d’un tissu permettant d’emballer les plats ou les aliments, se composant de coton bio, de cire d’abeille, de résine de pin bio et d’huile de tournesol bio. La cire d’abeille possède des propriétés anti-bactériologiques naturelles qui permettent une bonne conservation des produits emballés. La chaleur naturelle des mains permet au tissu d’adhérer au produit ou au récipient.  Le Bee Wrap peut être utilisé pour emballer les légumes, fruits, fromages, sandwichs, gâteaux, snacks,… ou recouvrir les récipients.

Nous avons vendu +12 0000 packs de cet emballage alimentaire depuis notre création.

Je voulais créer une société qui ait du sens, innover pour changer les habitudes. Notre objectif est de mettre en place un cluster de produits, toujours en proposant de nouvelles alternatives aux produits à usage unique.

 

Comment avez-vous vécu cette période ?

Après le choc de l’annonce du confinement passé, il a fallu se poser la question comment survivre ?

Nous avons mis nos salariés en télétravail et certains en chômage partiel, nous avons créé des rituels avec nos collaborateurs (cours de yoga réguliers pour maintenir le lien social…).

Le collectif a beaucoup joué pendant cette période, en effet se voir tous les jours fait partie de l’équilibre global de la société et contribue à la force collective.  En ce qui concerne les outils, étant une start-up nous étions déjà équipés pour travailler à distance.  

La difficulté a résidé dans le fait que nous travaillons avec des revendeurs indépendants qui pour la plupart n’ont pas été réapprovisionnés pendant la crise. L’ESAT avec lequel nous travaillons était en arrêt temporaire de production et fonctionnait uniquement pour les besoins de certains clients.

Nous nous sommes adaptés à la situation, en nous posant la question, comme beaucoup d’entreprise, comment à notre échelle nous pouvions aider ? 

 

Quelle dynamique voulez-vous impulser pour cette sortie de crise ?

Tout d’abord dans la fabrication : l’une de nos principales ambitions est de fabriquer des produits au plus proche des clients français.

Nous essayons au maximum de nous approvisionner en local, avec des matières premières respectueuses de la planète :   Dans le choix de nos partenaires : pour nous c’est important, nous ne travaillons pas avec des fournisseurs mais avec des partenaires en ayant des relations sur le long terme (l’ESAT qui est en charge de notre production, notre cirier - fournisseur de cire d’abeille et avec notre fabricant/imprimeur textile). 

Dans la relocalisation : nous avons relocalisé il y a un an la production en France, plus précisément en Provence. Une manière de créer des emplois. Nous travaillons par ailleurs avec des ESAT, structures permettant aux personnes en situation de handicap d’exercer une activité professionnelle. Dans une logique de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE), cela a généré la création d’une dizaine d’emplois pour des personnes en situation de handicap.

Dans la réduction de l’empreinte carbone ; afin d’avoir le moins d’impact possible nous acheminons nos matières premières par bateau et non par le transport aérien.

Dans les dons  : dès notre création nous avons fait le choix de reverser 1% de notre chiffre d’affaires dans des actions concrètes en faveur de l’environnement.

Nous sommes membre du programme “1% pour la planète”, et avons soutenu en 2019 l’apiculture française, en choisissant l’association Bzzz, partenaire de la filière apicole.

Dans nos actions au quotidien : toute l’équipe vient au travail en transport en commun (pas de voiture), nous nous mobilisons 6 journées par an en donnant de notre temps à des associations, nos équipements dans nos locaux, etc.

 

Quelle vision avez-vous en cette sortie de crise ?

Je pense que le covid-19 est en train de faire évoluer notre manière de consommer. Je pense que l’origine des produits va prendre une place encore plus importante : le covid-19, sa propagation et ses faiblesses qu’il a mis en lumière vont inciter à une production plus raisonnée, plus locale, plus saine.

Durant la première semaine du confinement, les achats de produits bio ont augmenté d’environ 63 %.

Cet essor alimentaire bio s’expliquant par :

  • des raisons pratiques et mécaniques liées aux déplacements  car le bio est davantage présent chez les producteurs locaux et magasins de proximité  ;
  • face aux ruptures de stocks, pas d’autres choix que de se reporter au bio
  • les enjeux de la crise invitent à mieux consommer ; le contexte a conduit de nombreuses personnes à réinterroger leur régime alimentaire et leur mode de consommation. Et donc manger plus sain, plus naturel, moins mondialisé. La santé est devenue l’obsession quotidienne de chacun.

Le recyclage et l’environnement ont également été des problématiques mises en lumière pendant le confinement.

Avec notre Bee Wrap, nous limitons les déchets avec un emballage alternatif beaucoup plus durable   que les emballages alimentaires classiques. 

Chaque jour, la plupart d’entre nous emballons les aliments dans du papier d’aluminium et autres films alimentaires en plastique.

Alors que nous sommes dans une ère du tout jetable qui devrait toucher à sa fin dans un futur plus ou moins proche, nos produits peuvent être nettoyés puis réutilisés environ 120 fois avant d’être jetés.

 

Quel dynamisme voulez-vous impulser pour cette sortie de crise ?

Nous avons la volonté de contribuer à être un acteur du changement. Nos produits, orientés zéro déchet, sont également conçus dans une logique responsable. 

Proposer des produits écocertifiés, et de préférence biologiques est primordiale pour notre startup. Nous comptons ainsi agir aujourd’hui pour former le monde de demain.

Puisque dans l’univers de la maison, le champ des objets jetables est large, nous ne souhaitons pas nous arrêter au domaine alimentaire, nous sommes en train de mener une campagne de crowfunding  pour le lancement de deux nouveaux produits (éponge lavable réutilisable 1 an et 1 savon vaisselle écologique sans bouteille plastique).

Pour participer à la campagne c'est par ici.

 

Samuel Olichon fait partie des 28 dirigeants figurant dans le livre blanc de Crowe Ficorec intitulé PHENIX, experts et leaders dans leurs secteurs d'activités qui nous livrent leurs conseils, partage d'expérience et leur vision de "L'Après".

Et si nous parlions de demain dès aujourd’hui ?

Téléchargement par ici

Lecture en ligne par ici